Projet Oxylane : la genèse

Les étapes et dates de la genèse de ce projet : où l'on voit les revirements de la municipalité et l'opacité dans laquelle elle a avancé tout du long.

Village Oxylane Bouc-Bel-Air : image Décathlon 

Quelques dates

Le 25 Novembre 2014, la Commission Départementale d’Aménagement Commercial (CDAC), valide les demandes d’autorisation de création de trois premières enseignes malgré un vote négatif et deux abstentions. L’avis favorable concerne l’exploitation commerciale d’un complexe de Décathlon sur 5.250 m², Truffaut sur 7.924 m², O’tera sur 903 m² (vente de produits alimentaires en « circuit court »). Le village Oxylane tel que défini par Décathlon et adopté par la majorité municipale comprendrait en plus un axe restauration, une enseigne culturelle, un centre médical, un accrobranche, le tout sur une superficie de 23 hectares dont près de 50% seraient imperméabilisés.
Le 20 Janvier 2015, le Maire de Saint Clément prend l’arrêté accordant le permis d’aménager à Décathlon, alors que l’enquête au titre de la loi sur l’eau était encore à venir.
Le 31 janvier 2015, 150 personnes sont présentes au pied du campus de Bissy en bordure de la RD 127 pour manifester leur franche opposition à Oxylane. Ce rassemblement a pour objectif de rappeler l’objet du combat mené de concert par plusieurs associations regroupées dans le collectif Oxygène. Aux côtés des nombreux militants, les élus concernés, (Grabels, canton des Matelles, Clapiers et Jacou) ont réitéré leur engagement contre la zone commerciale.
Pourquoi tant de hâte? Pourquoi engager un projet de cette importance dans l’urgence ? Ses tenants et aboutissants sont-ils maîtrisés, alors que le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) est actuellement en cours d’élaboration à la Communauté de communes du Grand Pic Saint Loup et attendu pour la fin 2017 tout comme notre PLU (Plan local d’urbanisme) ? Espérons que ces deux réflexions aboutiront à un développement vertueux en faveur de la protection de l’environnement et non pas à son sacrifice sur l’autel des budgets locaux ! Reste finalement à connaître les motivations réelles des soutiens à cette implantation alors que les finances de la commune sont dites irréprochables…

La genèse

En 1994, Saint Clément entérine son plan d’occupation des sols (POS). Il comprend déjà à cette date, le classement d’une large partie de sa zone sud, dont les Fontanelles et Fontfroide, en zone dite d’urbanisation future (NA). En 2001, la municipalité révise ce POS pour sectoriser la zone NA et préciser le nouveau secteur IINAd qui recoupe exactement le périmètre du projet. Un tel classement permet essentiellemnt la construction de bâtiments à usage d’enseignement tertiaire, de structures d’accueil, d’hébergement, ainsi que des constructions à usage d’équipement collectif, d’hôtellerie, de restauration, de sports et de loisirs. Les constructions individuelles à usage d’ habitation sont interdites et tout immeuble ne peut excéder deux niveaux et 7 m à l’ égout du toit. Ce secteur ne pouvait donc pas, depuis presque quinze ans, être « colonisé » par des barres d’immeubles d’habitations… Comme cela est régulièrement argumenté par la municipalité elle-même.
Selon les propos de M. Cacciaguerra, maire de l’époque, rapportés par M. Brunengo, commissaire enquêteur, l’initiative d’aménagement de la zone à proximité du secteur du campus de Bissy reviendrait à la société Décathlon. Cette dernière se disait dès 2007 attentive à s’installer au nord de Montpellier. A l’époque, la municipalité est restée dans l’expectative, privilégiant dit-elle une solution de maintien en l’état de la belle zone agricole.

Malgré tout, M. Cacciaguerra ne procède pas à un changement dans le zonage du POS, toujours possible et qui aurait protégé le secteur.
En 2009, quelques mois après les élections municipales, la société Décathlon est revenue à la charge et invite le maire et certains élus à visiter le site de Bouc-Bel-Air dans les Bouches du Rhône où est expérimenté le fameux concept d’espace orienté “santé-nature-culture-sports”. Un thème cher à notre ancien maire…
En 2011-2012, le vent tourne plus vite quand un accord est passé entre les propriétaires des terrains des Fontanelles et le géant du sport visant à acheter les 24 ha du secteur IINAd. En Conseil municipal, le projet Oxylane est présenté comme un micro-village sportif. Il reçoit ainsi un accueil favorable de l’ensemble des élus. Les études sont menées, en grand secret pendant l’année 2013, comme en font foi les dates figurant sur les pièces des dossiers des enquêtes publiques. Le 12 février 2014, en pleine campagne électorale, la demande de permis d’aménager est officiellement déposée en mairie et pourtant sans affichage correspondant, comme le voudrait la réglementation. Au même moment, M.Cacciaguera, toujours seul maître à bord, initie une révision partielle du POS pour préciser certains points supplémentaires au règlement : autorisation d’activités commerciales, nouvelles possibilités en matière d’aspect extérieur des bâtiments et de leur hauteur pouvant désormais atteindre 9,50 m, raccordement futur du secteur à la route départementale 986 (alors que tout accès était interdit dans le règlement initial).
Le 26 juin 2014, la nouvelle équipe majoritaire en place adopte la modification du POS, rendant ainsi le projet compatible. De ce fait, la première enquête publique concernant Oxylane (septembre-octobre 2014), a pu être déclenchée. L’importance du projet aurait mérité, à lui seul, une réunion publique dès le dépôt officiel de la demande de permis d’aménager, le 12 février 2014. De telles méthodes ne sont pas nouvelles. Rappelons-nous les conditions d’achat des logements de Bissy, effectué lui aussi sans concertation.

Hélas, rien de nouveau sous le soleil de Saint Clément.

Que pensez-vous de cet article ?
  • Sans intérêt 
  • Inquiétant 
  • Utile 
  • Intéressant 
  • Excellent 

0 Commentaires

Pas de commentaires!

Il n'y a pas de commentaire pour l'instant mais vous pouvez être le premier à en soumettre un ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués sont obligatoires*